Les 7 conseils incontournables pour réussir son compost

réussir son compost

Le compostage maison est quelque chose de facile. C’est une pratique écologique que tout le
monde peut adopter. Mais pour réussir son compost, certaines règles simples mais importantes doivent être respectées. C’est exactement ce que nous allons voir dans cet article. Nous vous donnons tous les conseils des experts applicables par tout le monde.

Le choix déterminant du composteur

La première chose à faire pour en tirer tous les bénéfices est de choisir son composteur. Et il faut absolument bien choisir, c’est primordial. Donc soyez bien attentif à ce qui va suivre. Ce conteneur sera au cœur du recyclage de vos déchets organiques. C’est ce qui permet de reproduire et d’optimiser le processus naturel de décomposition des déchets du jardin et de la cuisine.Pour ce faire, vous devez déterminer la méthode de compostage qui convient le mieux à votre situation. Le tout premier critère à prendre en compte est votre lieu de vie. Vous l’avez compris, ce n’est pas comparable si vous vivez dans une maison avec jardin, ou si vous habitez un appartement sans espace extérieur. Dans les 2 cas on ne recycle pas de la même façon. Le second critère concerne la taille de votre ménage et la quantité de déchets biodégradables que vous générez. Cela affectera la taille du conteneur et la vitesse de décomposition associée. Vous avez finalement plusieurs choix possibles. Principalement entre les bacs à compost, les composteurs rotatifs, les lombricomposteurs et éventuellement les composteurs Bokashi. Mais un seul doit cocher toutes les cases. Nous vous recommandons un site pour faire ce choix éclairé. Pour les avis sur les meilleurs modèles actuels et des guides faciles à suivre : comment faire du compost maison.

La méthode de compostage

Le compost, voire l’or noir du jardinier, est un amendement riche en nutriments créé par la décomposition de la matière organique. Cela se produit naturellement. Mais nous pouvons facilement imiter et améliorer ce processus à la maison grâce à plusieurs techniques de compostage. Cet amendement ajoutera de la structure et de la stabilité à votre sol. Il libèrera lentement mais sûrement tous les nutriments riches que vos plantes apprécieront. Pour commencer le compostage à la maison, il existe de nombreuses façons de le faire. Habituellement, cela se passe dans le jardin. Mais les choses changent, évoluent et progressent. Et tout le monde n’a pas la chance d’avoir un jardin. Avec les dernières innovations, cela peut aussi être dans votre cuisine sans extérieur et avec très peu d’espace.
Pour réussir, il s’agit surtout de choisir la bonne méthode de compostage pour votre maison et votre
lieu de vie.

Une histoire de déchets

C’est une évidence, tous les déchets ne peuvent pas être compostés.
Tout ce que vous jetez normalement à la poubelle n’est pas recyclable. Par conséquent, tout ce qui est en métal, en plastique ou en verre est exclu de tous les types de composteurs. Mais il existe quelques différences selon le procédé choisi. Par exemple, avec un Bokashi, vous pouvez mettre des restes de viande ou de poisson. Cependant, si vous faites cela dans un composteur de jardin, vous faites une grosse erreur. Par conséquent, il est essentiel de connaître les consignes de base de votre type de compostage concernant les déchets afin d’éviter toute mauvaise surprise. Chaque type de compostage aura des déchets autorisés, des déchets acceptables à faible risque et des déchets totalement interdits. Maintenant, soyez attentif, ce qui suit est important, voici les meilleurs conseils pour composter.

réussir son compost

Les 7 meilleurs conseils pour réussir son compost

Respecter les proportions verts/bruns

Le respect des proportions des déchets verts et bruns est la base. C’est ce qui permet de maintenir le bon équilibre dans le conteneur. Pas de stress non plus, il suffit de se tenir aux ordres de grandeur. Pas besoin d’être trop strict non plus. Pour les bacs à compost et les composteurs rotatifs, on est sur du 50/50. Si vous utilisez un lombricomposteur, la cible est 60 % de déchets verts pour 40 % de déchets bruns.

Recouper les déchets

L’objectif est de faciliter et accélérer le travail de décomposition des déchets. C’est tout simple, on
coupe ces déchets en petits morceaux.

Remuer régulièrement

L’apport d’oxygène est indispensable au processus de dégradation des déchets. C’est pourquoi le
compost doit être remué régulièrement. Pour les composteurs de jardin, vous pouvez utiliser les outils qui vous conviennent le mieux. Par exemple une fourche ou des outils plus spécialisés comme un aérateur de compost ou un mélangeur de compost. Avec un composteur rotatif, c’est beaucoup plus simple. Il suffit de tourner la manivelle de 2 ou 3 tours complets et ce sera parfait. Retenez bien qu’il est recommandé de remuer une fois par jour ou au moins une fois par remplissage.

Surveiller l’humidité

Votre compost ne doit être ni trop sec ni trop humide.
S’il est trop humide, vous devez ajouter des déchets bruns secs. A l’inverse, s’il est trop sec, humidifiez-le légèrement. L’idéal est d’avoir un point d’eau à proximité de votre composteur et de disposer d’un stock d’avance de déchets secs. Là aussi, la vérification de l’humidité est très simple. Vous tenez une poignée de compost dans votre main et vous la pressez. L’humidité est satisfaisante si quelques gouttes perlent entre vos doigts. Mais si l’eau coule comme si on pressait une éponge, c’est trop humide. Et à l’inverse, si ça ne coule pas du tout, c’est trop sec.

Eviter certains déchets

Certains déchets doivent être évités. Ou seulement ajoutés en petites quantités. En effet, les restes de viande et de poisson, et les laitages entre autres attirent ce que l’on appelle les nuisibles du compost. C’est la fête pour les mouches, les rongeurs et les mauvaises bactéries. Les graisses doivent également être évitées. Elles vont interférer avec le processus de dégradation en étouffant les micro-organismes. Seul le procédé de fermentation anaérobie utilisé par le Bokashi permet d’utiliser la quasi-totalité de vos biodéchets de cuisine.

Proscrire les déchets non autorisés

D’autres déchets ne conviennent pas du tout au processus de compostage. Certains empêchent l’air de circuler correctement, comme le sable et les cendres. Ceux qui contiennent des produits chimiques, comme le bois traité, le papier glacé, sont à exclure. Pas besoin d’expliquer pourquoi. On veut juste un compost naturel et sain. D’autres déchets encore comme le verre, le plastique et le métal sont non biodégradables. Ils sont recyclables mais pas par un composteur.

Rendre visite à son compost

Une légère surveillance est nécessaire pour repérer les écarts qui peuvent endommager le compost.
Les principaux étant une humidité trop élevée ou trop faible, des odeurs, la présence de parasites.
Alors n’oubliez pas votre composteur et chouchoutez-le un peu. Par exemple, à chaque fois que vous y ajoutez de nouveaux déchets. À ce stade, tout écart est très facile à corriger et en très peu de temps.
C’est l’entretien minimum que vous devez faire en suivant ces quelques règles de base pour un
compostage domestique réussi.

Le coin des experts

Comment faire pour respecter facilement les proportions des déchets ?

La façon la plus simple de le faire est de garder un petit tas de déchets bruns secs près du composteur. La quantité de déchets verts que vous produisez est différente chaque jour. Par conséquent, préparer à l’avance un petit stock de déchets bruns est la solution. C’est la variable d’ajustement. Et c’est un jeu d’enfant de respecter l’équilibre des déchets verts/bruns. Ces déchets peuvent être stockés longtemps sans problème. Ils ne se décomposent pas tant qu’ils n’entrent pas en contact avec l’humidité.

Pourquoi certains déchets seulement en petite quantité ?

Pour diverses raisons, il est conseillé de n’ajouter certains déchets qu’en petites quantités.
Cela va dépendre des déchets en question. Les pelures d’agrumes et les tailles de haies ralentissent considérablement le processus de compostage. Et elles se décomposent plus lentement.
Les champignons impliqués dans le processus de décomposition peuvent être éliminés par les
oignons qui agissent comme des fongicides. Les restes de riz et les tontes de gazon peuvent faire
sentir mauvais le compost.
Voici un résumé de nos recommandations :

  • Agrumes et oignons : pas plus d’un grand bol par semaine,
  • Taille de haie : branches pas plus grosse qu’un pouce seulement, découpées en petits morceaux, pas plus d’un seau par semaine,
  • Restes de repas : pas plus d’un bol par semaine,
  • Tontes de gazon : pas plus d’un seau par semaine, de préférence sec.

Pourquoi il y a des mouches dans mon compost ?

Les mouches sont attirées par les déchets frais en décomposition à l’air libre. Plus particulièrement
les petites mouches. Si c’est votre cas, votre compost n’est pas suffisamment mélangé.
Il faut enfouir les déchets humides et déposer une couche de déchets secs en surface.

Pourquoi il y a des fourmis dans mon compost ?

Si votre compost est trop sec, vous pourriez avoir des fourmis. Pour résoudre ce problème, remuez-le, puis suivez les instructions précédentes pour vérifier l’humidité et arrosez légèrement si nécessaire.
Répétez jusqu’à ce que l’humidité soit bonne et que vous obteniez le bon équilibre.

Passer à l’action sans attendre
Il n’y a pas de mauvais moment pour commencer à composter à la maison.
Plus important encore, le meilleur moment pour agir est lorsque vous commencez.
La nature est à l’œuvre tout le temps, sans interruption. Il en va de même pour le processus de
décomposition des déchets. Une fois que vous êtes lancés avec votre composteur, vous ne vous arrêterez plus. N’attendez plus pour faire un geste pour la planète, et faire un geste pour vous
Rejoignez les rangs des citoyens écoresponsables qui ont adopté cette pratique écologique simple,
pratique et efficace.

Laisser un commentaire